2 avril 2012 2012

Le coup d’Etat au Mali est condamné à l’échec

Depuis le 22 mars 2012 et le renversement du président Amadou Toumani Touré par un groupe de militaires putschistes, le Mali est plongé dans l’incertitude. Les mutins croyaient avoir partie facile ; ils sont à présent en fâcheuse posture. Après Gao , les rebelles Touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad ont pris le contrôle de la ville de Tombouctou.

Pris de court par l’avancée des Touaregs, le chef de la junte, Amadou Sanogo, avait annoncé un peu plus tôt le rétablissement de la Constitution, tout en promettant la mise en place d’organes de transition en vue d’élections apaisées, libres, ouvertes et démocratiques. Mais dans le nord du pays, la situation s’aggrave pour les habitants.

Depuis janvier, près de 200 mille personnes auraient été contraintes de fuir en raison des combats. Même à Bamako, la capitale, le climat se détériore. Le coup d’Etat est condamné à l’échec, si bien que le Quotidien d’Oran, conclu, alarmiste : Les groupes terroristes d’Al Qaida Maghreb islamique sont tout simplement en train de conquérir le pays.

Extrait du Monde.