21 février 2011 2011

Morts lybiens et armes wallones

La Libye au bord de la guerre civile, le centre de Manama, au Bahreïn, tenu par l’opposition, des rassemblements au Maroc : l’onde de choc née en Tunisie, puis en Egypte, continue de se propager d’Afrique du Nord au Moyen-Orient, ainsi qu’en Iran. Les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient sont en proie à une contestation populaire sans précédent.

En Libye, un des fils du colonel Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis quarante-deux ans, Saïf Al-Islam, a affirmé dimanche 20 février dans une allocution télévisée a menacé de plonger le pays dans la guerre civile, alors que les affrontements ont gagné la capitale, Tripoli. La répression a fait au moins 233 morts depuis le début de la révolte, mardi, selon l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, qui cite des sources hospitalières.

En Belgique la question est ouvertement posée : Les armes vendues à Kadhafi servent à noyer dans le sang la protestation du peuple libyen.

Extrait du Monde et du Soir de Bruxelles.

Illustration de Kroll.