13 juin 2008 2008

Nuit soufie

Dimension mystique de l’Islam, le soufisme se manifeste à travers la poésie, le chant et la danse, jusqu’à provoquer un sentiment puissant de désir de Dieu (wajd). Des grandes voix du soufisme du Proche-Orient seront réunies en une même soirée, ce 26 juin au Palais de Beaux Arts à Bruxelles : Nour Al-Din Khoarshid, l’un des récitants du Coran les plus respectés de Syrie ; Sheikh Taha, certainement le plus célèbre munsheed (chanteur religieux) d’Égypte ; la confrérie féminine de de Chefchaouen (au nord ouest du Maroc) ; ainsi que des ensembles réputés du Pakistan et du Tadjikistan.

Au programme

19h - Chants en langue ourdou inspirés par la poésie d’Eqbal Lahouri
Massoumeh (Pakistan) ; Ensemble Akhawat el-Fane el-Assil (Maroc)

20h30 - Chants inspirés par la poésie de Jalal Al Din Rumi Aqnazar Alavatov (Tadjikistan) - Chants et danses soufies des derviches mamlawiyya ; Ensemble Nour Al-Din Khoarshid de la Grande mosquée de Damas (Syrie) ; Salah al-Moussawy calligraphie

22h - Cérémonie dhikr et poésies chantées de Umar Ibn Al-Farid dans la tradition soufie de Louxor ; Sheikh Taha et son ensemble (Égypte)

- Massoumeh — Pakistan
Ghazal et kâfi

Agée de 22 ans, Massoumeh est originaire du Cachemire Pakistanais. Brillante étudiante en médecine, elle est une des rares jeunes femmes pakistanaises à interpréter des ghazal, forme poétique iranienne à l’origine (XIIIe siècle) et des kâfi, poèmes d’amour mystiques empruntant leurs images aux romances populaires, répertoires traditionnellement réservées aux hommes.

- Ensemble Akhawat el Fane el Assil - Maroc
Direction : Rhoum el Bakkali
Hadra Chefchaounia

La hadra est un rituel qui se pratique dans le contexte spirituel des assemblées des confréries religieuses rattachées au soufisme. Elle comporte des invocations, des louanges et des prières chantées, dont la finalité est de parvenir à un certain état d’extase (wajd). Cet art se manifeste aujourd’hui notamment lors des moussem, les anniversaires et les festivités, et spécialement celui du Mouloud, l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed.

- Aqnazar Alavatov - Traditions du Badakhchan (Tadjikistan)
Voix et tanbur pamiri

À son répertoire figurent les maddah - des chants religieux qui peuvent incarner le pouvoir spirituel connu sous le nom de baraka, des lamentations appelées falak, à l’accompagnement très simple, et des chants populaires traditionnels, les khalqi.

- Ensemble Nour al-din Khoarshid - grande mosquée de Damas - Syrie
Chants et danses soufis des derviches accompagnés par la projection des calligraphies de Salah al-Moussawy

Initié, dès l’âge de cinq ans, par son père, le cheikh Abou al-Nour, au rituel mystique musulman, Nour al-din Khoarshid est tenu aussi, en son pays, pour un des plus grands récitants du Coran. Sa grande maîtrise de la récitation coranique lui permet de maîtriser parfaitement l’inshad (chant religieux). La voix profonde et céleste de Nour al-din s’accompagnant uniquement de daf (percussion), elle semble se matérialiser par la présence presque métaphysique des derviches tourneurs.

- Sheikh Taha et son ensemble soufi de Louxor - Haute-Egypte
Sheikh Taha, jeune sheikh au mode de vie mystique, vit seul dans une petite zawiya (confrérie) à quelques kilomètres de Louxor. Lorsqu’il chante, son visage resplendit et respire l’harmonie. Sheikh Taha possède l’apanage parfait de l’homme saint : il est affable et poli, dans le sens arabe du terme « adab » qui signifie « bien se comporter avec son entourage ».

Informations >