21 janvier 2009 2009

Si Obama était africain...

Extrait d’un texte de Mia Couto, écrivain mozambicain, publié par Cameroun Online >

Si Obama était africain, un de ses concurrents (un quelconque Georges Bush d’Afrique), mettrait en place une modification de la Constitution pour prolonger son mandat au-delà du terme prévu. Et notre Obama devrait attendre encore des années pour pouvoir à nouveau se porter candidat. Et l’attente pourrait être très longue, si nous tenons compte de la permanence au pouvoir en Afrique d’un même président : 41 ans au Gabon, 39 en Libye, 28 au Zimbabwe, 28 en Guinée Equatoriale, 28 en Angola, 27 en Egypte, 26 au Cameroun. Et ainsi de suite, pour une quinzaine de présidents au pouvoir sur notre continent pendant plus de 20 ans consécutifs. Mugabe aura 90 ans quand il terminera le mandat actuel qu’il a imposé au mépris du verdict populaire.

Si Obama était africain, il est probable qu’il serait le candidat d’un parti d’opposition et n’aurait, alors, même pas la possibilité de faire campagne. Les choses se passeraient comme au Zimbabwe ou au Cameroun : on l’agresserait physiquement, il pourrait être emprisonné et, dans le même temps, on lui retirerait son passeport. Les Bush africains ne tolèrent pas d’opposition, ne tolèrent pas la démocratie.

Si Obama était africain, il ne serait même pas éligible dans la majorité des pays où les élites au pouvoir ont inventé des lois restrictives qui ferment la porte de la présidence aux enfants d’étrangers ou aux descendants d’immigrants. Le nationaliste zambien Kenneth Kaunda est remis en question dans son propre pays, en tant que fils de Malawites. On a ainsi découvert que l’homme qui avait conduit la Zambie à l’indépendance et l’avait gouvernée pendant plus de 25 ans, en fin de compte, étant fils de Malawites, avait, pendant toute cette période, gouverné ’illégalement"’.

Soyons clairs, Obama est Noir aux Etats-Unis. En Afrique, c’est un métis. Si Obama était africain, on lui jetterait sa race au visage. Non pas que la couleur de la peau soit importante pour des peuples qui aspirent à trouver chez leurs leaders compétence et sérieux au travail. Mais les élites prédatrices feraient campagne contre quelqu’un qu’elles désigneraient comme n’étant ’pas authentiquement africain’. Le même ’frère noir’ qui est salué aujourd’hui en tant que nouveau président américain serait vilipendé chez nous comme étant un représentant des ’autres’, de ceux d’une autre race, d’un autre drapeau...

S’il gagnait les élections, il devrait probablement s’assoir à une table de négociations en vue de partager le pouvoir avec le vaincu, dans un processus de négociation dégradant qui, dans certains pays africains, montre que le perdant peut négocier ce qui, ailleurs, paraît sacré : la volonté du peuple exprimée par les urnes. Barack Obama serait assis autour d’une table, avec un Bush quelconque, pour d’interminables séances de négociations, avec des médiateurs africains qui nous enseignent que nous devons nous contenter des miettes du processus électoral quand il n’est pas favorable aux dictateurs.

Soyons clairs, il existe des exceptions à cette situation générale. Nous les connaissons toutes ces exceptions et nous-mêmes, Mozambicains, avons été capables de construire une de ces exceptions. Qu’il soit également clair que les entraves mises à un Obama africain ne seraient pas imposées par le peuple mais par les détenteurs du pouvoir qui font de l’usage du pouvoir une source d’enrichissement sans scrupules.

La vérité, c’est qu’Obama n’est pas africain. La vérité, c’est que les Africains - les gens simples, les travailleurs anonymes - ont commémoré de toute leur âme, la victoire d’Obama. Mais je ne crois pas que les dictateurs et les corrompus d’Afrique aient le droit de s’inviter à cette fête.

Parce que la joie ressentie par des millions d’Africains le 5 novembre 2008 venait du fait qu’ils voyaient en Obama exactement le contraire de ce qu’ils voient chez leurs propres dirigeants. C’est dur de l’admettre, mais seule une minorité d’Etats africains connaissent ou ont connu des dirigeants soucieux du bien public.

Le jour même où Obama confirmait sa victoire, dans les médias internationaux les mauvaises nouvelles d’Afrique continuaient à s’amonceler. Le jour même de la victoire de la majorité nord-américaine, l’Afrique continuait à être victime de guerres, de mauvaise gestion, de l’ambition démesurée de politiciens cupides. Après avoir assassiné la démocratie, ces politiciens sont en train de tuer la propre politique. Dans certains cas, il ne reste que la guerre. Dans d’autres, l’abandon et le cynisme.

Il n’y a qu’une façon de célébrer la victoire d’Obama dans les pays africains : c’est de lutter pour que de nouveaux signes d’espoir puissent naître, ici, sur notre continent. C’est de lutter pour que les Obama africains puissent aussi sortir vainqueurs. Et que, nous, Africains de toutes les ethnies et de toutes les races, vainquions avec ces Obama-là, et puissions célébrer chez nous ce que nous célébrons aujourd’hui chez d’autres.