15 septembre 2015 2015

Au Brésil, le pacte interclasses qui représentaient Lula et Dilma est à présent rompu, affirme le leader des Sans Terre

Le Brésil traverse trois crises majeures : crise économique, politique et sociale. La conséquence en est que le Gouvernement a perdu toute légitimité pour piloter la relance économique et défendre les classes populaires devant l’offensive des classes dominantes, affirme João Pedro Stedile, dirigeant fondateur de Mouvement de paysans sans terre, MST. Le modèle « néodeveloppementiste » s’épuise et le pacte interclasses qui représentaient Lula et Dilma Roussef est à présent rompu, conclut-il.

Lire l’entretien en français ou en version originale en portugais.