24 février 2016 2016

Evo forever ?

C’est la question que nous posions en introduction du n° d’Antipodes consacré à la Bolivie en 2012. La réponse des Boliviens est manifestement « non » car ils viennent de rejeter à presque 52% le projet de changement de la Constitution visant à permettre au président Evo Morales, au pouvoir depuis dix ans, de se succéder à lui même.

Les conditions lui étaient pourtant favorables. Depuis son arrivé au pouvoir, l’économie a crû en moyenne de 5% et les revenus miniers et gaziers ont permis de construire des routes, des écoles et des cliniques et de réduire la pauvreté extrême.

Mais Evo Morales, toujours populaire dans certains régions du pays, n’est pas épargné par l’aspiration au changement de la majorité de la population bolivienne.