1er septembre 2014 2014

Faut-il électrifier le village de l’autre ? Moins de 15% des populations sont desservies en milieu rural au sud du Sahara

Dans la formation « Ici et ailleurs, que faire ? », d’ITECO, nous abordons des thèmes cruciaux concernant la coopération au développement et l’action sociale. Aussi, la question « Faut-il électrifier le village de l’autre ? », soulève souvent des points de vue contrastés.

A ce propos, un article récent de Jeune Afrique nous apprend que « au sud du Sahara, la distribution d’électricité en dehors des grandes agglomérations est très en retard. Entre 5 % et 15 % seulement des populations sont desservies en milieu rural. L’électrification à l’intérieur des pays reste difficile en raison de la dispersion des habitats et de la faible densité de consommation. Et les ouvrages ne sont guère rentables.

Dans ces zones, il faudrait combiner plusieurs types de solutions. Le modèle du réseau électrique centralisé qui se déploie partout comme dans les pays occidentaux n’est pas réplicable au sud du Sahara. Il faudrait étendre les réseaux mais aussi développer des modèles décentralisés, basés sur une production locale pour une distribution locale »

Lire l’article.

Photo : Electrification du village de Dioulakro, en Côte d’Ivoire.