15 juillet 2015 2015

Les Belges ne se mobilisent pas moins que d’autres peuples, mais ils le font différemment

En 2014, artistes, agriculteurs, chômeurs, féministes, catholiques, flamingants, gays, lesbiennes, laïques, musulmans, militants de la cause palestinienne, sionistes, sans-papiers, travailleurs syndiqués ou étudiants se sont mobilisés de différentes manières. Comme dans d’autres pays ? Oui... et non. Les Belges ne se mobilisent pas moins que d’autres peuples, mais ils le font différemment.

Il existe une manière belge de se faire entendre, dont il faut interroger les spécificités. Lorsqu’on étudie les mobilisations en Belgique, en particulier si on s’inscrit dans une perspective de long terme, on se trouve tout d’abord confronté à une grande variété de mouvements, de causes défendues, d’acteurs impliqués pour les porter, de modes d’expression ou de moyens d’action employés. Certains traits communs semblent toutefois se dégager.

Continuer à lire l’analyse de Jean Faniel et David Paternotte, du Crisp, sur les mouvements sociaux en Belgique