5 décembre 2011

L’écart entre les riches et les pauvres au plus haut niveau depuis un demi-siècle, d’après l’OCDE

Dans un rapport publié lundi 5 décembre 2011, intitulé Pourquoi les inégalités continuent de progresser, l’OCDE observe que « l’écart de revenus entre les riches et les pauvres a atteint son plus haut niveau depuis un demi-siècle ».

Le record des injustices dans les pays développés est remporté par Israël, la Turquie et les Etats-Unis.

Outre-Atlantique, les 10% les plus riches gagnent en moyenne quatorze fois plus que les 10% les plus pauvres. En Italie, au Japon, en Corée du Sud et au Royaume-Uni, cet écart est de dix pour un et de six pour un en Allemagne, au Danemark et en Suède. Tandis qu’au Mexique et au Chili, le revenu des nantis, qui reste vingt-cinq fois plus élevé que celui des plus pauvres, a finalement commencé à reculer, observe l’OCDE.

L’origine principale de ces divergences réside dans les inégalités croissantes de rémunérations salariales, selon l’organisation.

Au fil des années, les travailleurs hautement qualifiés ont profité des progrès de la technologie quand les autres subissaient les effets de la mondialisation. « L’étude chasse ainsi l’idée selon laquelle la croissance économique profite automatiquement aux plus défavorisés », pointe l’OCDE.

Aux Etats-Unis, par exemple, les revenus des 10 % de travailleurs les plus riches étaient 3,8 fois supérieurs à ceux des 10 % les plus pauvres en 1980. Ce rapport est passé à près de 5 en 2008.

Les réformes entreprises dans les pays développés pour améliorer leur compétitivité et fluidifier leur marché du travail (promotion du travail, chômage partiel afin de minimiser les licenciements…), ont contribué à accroître les inégalités de revenus.

Les systèmes d’imposition et de prestations sociales, moins redistributifs, sont aussi un des facteurs d’iniquité croissante, pointe le rapport. Lequel mentionne la réduction des taxes pour les plus riches au regard d’une réduction des transferts fiscaux en faveur des plus pauvres. La redistribution, remède historiquement le plus efficace pour atténuer les inégalités, est devenue moins performante au cours des quinze dernières années, conclut l’OCDE.

L’organisation internationale appelle les gouvernements à agir pour remédier à ces injustices. Et vite. « Le contrat social commence à se fissurer dans de nombreux pays », alerte l’OCDE, recommandant aux pays de revoir leur système d’imposition et d’investir dans la formation des travailleurs. « De loin l’instrument le plus puissant pour contrer les inégalités », estime-t-elle.

Extrait du Monde.
L’illustration est extraite de L’atlas des inégalités, de Stéphane Frattini et Stéphanie Ledu.