Formation à la communication interculturelle

Mise en ligne: 18 août 2015

Des pistes d’action pour une négociation entre ce que je suis comme sujet porteur d’une identité personnelle et professionnelle et ce que l’autre est. Formation organisée exclusivement à la demande

Cette formation est organisée exclusivement à la demande d’organisations actives dans les domaines de l’éducation permanente, du travail social, du développement et de l’éducation au développement.

Objectifs

  • Eclairer les réactions et à comprendre les mécanismes qui agissent dans la relation professionnelle en situation multiculturelle.
  • Initier à une communication interculturelle qui ne concerne pas seulement les relations entre ethnies, mais aussi, les relations entre classes sociales, genres (masculin, féminin), milieux professionnels contrastés….
  • Rechercher des pistes d’action pour une négociation entre ce que je suis comme sujet porteur d’une identité personnelle et professionnelle, et ce que l’autre est, dans le processus concret d’aide en cours.

Contenus

La formation s’inspire de la méthode psychosociale d’analyse des chocs culturels de la psychosociologue française Margalit Cohen-Emerique .Cette méthode comprend une phase de décentration (prise de distance vis-à-vis ses identités personnelles, sociales et culturelles pour développer sur soi-même et sur sa pratique un regard éloigné), de compréhension du cadre de référence de l’autre, et de négociation. Nous allions à cette méthode un regard plus sociologique et psychologique afin de prendre en compte les trois pôles de la réalité des personnes : individuelle, culturelle et sociétale.

Dans le cadre de cette formation, nous abordons de manière inductive les thèmes de la culture, de l’identité culturelle, et des relations entre les professionnels et les usagers.

Nous accordons également une attention particulière aux analyses portant sur les anciennes et nouvelles migrations, ainsi que sur les données culturelles des individus et des groupes que nous envisageons toujours de manière dynamique.

Lors de la formation, nous essayons aussi d’introduire des témoignages, des exemples et des analyses de cas issus des champs professionnels dans lesquels sont insérés les participants : scolaire, accueil des migrants, judiciaire, santé, etc...

Enfin, lors de cette formation, nous identifions les ressources dont disposent les professionnels pour comprendre et pour aborder les conflits.

Méthodologie

Il s’agit d’analyser des différences culturelles en action, à partir de l’expérience personnelle des participants. La pédagogie proposée est active (activités de groupe, mise en situation, échanges d’expérience, analyse de cas).

Les expériences de terrain constituent un matériel important dans la formation car elles lient les participants à leur réalité et permettent de dégager des apprentissages utiles à leur activité professionnelle. Nous combinons des méthodes actives avec des apports théoriques.

Pré-requis

L’expérience de travail des participants est suffisante. Toutefois, la présence d’une ou deux personnes qui commencent à travailler (comme les stagiaires, par exemple) peut parfois introduire dans le groupe des différences générationnelles qui peuvent être intéressantes

Cette formation privilégie l’actualisation des connaissances des professionnels, dans la mesure où un certain nombre de concepts portant sur la culture et l’identité ont déjà été approché par la plupart des travailleurs sociaux. Rendre ces concepts plus opérationnels est l’un de nos objectifs.

Aspects particuliers

Nous demandons de la part des participants une implication personnelle et une prise de distance vis-à-vis d’eux-mêmes et de leurs pratiques.

Nous assurons un climat de sécurité pour pouvoir analyser les cas professionnels apportés par les participants.

  • Nombre de participants maximum : 15
  • Rémunération des formateurs : 350 euros par formateur et par jour.
  • Durée de la formation : trois jours

Contact.