Systématisation d’expériences

Mise en ligne: 8 février 2019

ITECO propose trois moments articulés sur la systématisation d’expériences, en mai et novembre 2019

Quel est le sens de nos pratiques et expériences en éducation populaire ? Quels sont les apprentissages à dégager de ces expériences ? Que pouvons-nous partager et transférer de ces apprentissages ?

Elaborée et pratiquée par des éducateurs populaires latino-américains, la systématisation d’expériences produit de nouvelles connaissances et de nouveaux apprentissages qui rendent possible l’appropriation du sens de nos expériences et nous permettent de les comprendre et de les orienter dans une perspective transformatrice.

Au contraire des logiques conventionnelles de transmission de connaissances, la systématisation d’expériences est une construction de connaissances et de partage des apprentissages sur et à partir des pratiques.

Ce processus permet de rompre le schéma vertical classique selon lequel il y a ceux qui savent, les « spécialistes » ou les « experts », face à « ceux qui ignorent », réceptacles passifs de la connaissance. La systématisation permet en effet de mettre en valeur les connaissances des personnes qui ont vécu l’expérience étant donné qu’elle se réalise essentiellement à partir des savoirs, perceptions, visions, idées et aspirations de ces personnes.

Dès lors, on systématise pour…

  • Reconnaître et valoriser les savoirs pratiques des sujets et des luttes sociales (« savoirs chauds »).
  • Renforcer le pouvoir des participants, des mouvements et des luttes sociales.
  • « S’outiller » pour le changement individuel et social.
  • Comprendre plus en profondeur nos expériences pour améliorer les pratiques : actions, projets collectifs, projets institutionnels, postures, combats sociopolitiques…
  • Répondre aux exigences de capitalisation et de gestion des connaissances des bailleurs.
  • Redonner du sens, de l’inspiration et de la créativité à nos actions.
  • Echanger et partager nos apprentissages avec d’autres acteurs d’expériences similaires.
  • Contribuer à enrichir le champ de la théorie avec des savoirs issus directement des pratiques et expériences.

En 2019, ITECO propose trois moments articulés sur la systématisation d’expériences 

Nous privilégions la démarche pédagogique active (analyses individuelles et en sous-groupes, échanges à partir de supports audio visuels …) en équilibre avec la contribution des apports théoriques (présentation de concepts, de synthèses ou de documents…).

Un portefeuille de lecture et de documents sur la systématisation d’expériences sera également distribué aux participants pour éventuellement ou poursuivre la formation.

Ainsi, notre méthode de travail propose :

  • Expérimentation, réflexion et création collective de ressources pratiques et théoriques.
  • Allers-retours entre théorie et pratique.
  • Construction collective des savoirs par l’échange de pratiques et d’expériences au sein du groupe.
  • Apports de témoins et d’intervenants extérieurs.

En pratique

Les trois moments auront lieu à ITECO, rue Renkin, 2, 1030, Bruxelles.

Coût de la rencontre « Regards sur l’éducation populaire » du jeudi 9 mai : gratuit.

S’inscrire à la rencontre du jeudi 9 mai  


Coût du séminaire d’échange de pratiques du vendredi 10 et samedi 11 mai : 90 euros pour une institution, 60 euros à titre individuel.

S’inscrire au séminaire de mai 2019


Coût de la formation sur la systématisation d’expériences du mercredi 20 au samedi 23 novembre : 180 euros pour une institution, 120 euros à titre individuel.

S’inscrire à la formation de novembre 2019

Modalités de payement : Frais d’inscription à payer par virement bancaire sur le compte 068-0915300-35 (Belfius, place de Brouckère 41, 1000 Bruxelles, IBAN : BE57-0680-9153-0035. BIC ou code SWIFT : GKCCBEBB) avec la mention

« Séminaire SE » et votre nom

« Formation SE » et votre nom selon le moment auquel vous souhaitez vous inscrire.

Responsables de l’activité : Vincent Stevaux et Julia Petri.

Personnes ressources externes : Pour le séminaire et la rencontre Regards sur l’éducation populaire, encore à définir. Pour la formation, Oscar Jara, du CEP Alforja (Costa Rica).