Jeu des cinq euros

Mise en ligne: 14 février 2013

Reconnaître et exprimer
ses besoins par rapport à
l’argent, réfléchir à son
statut au sein de la
société

Origine

Ce jeu aurait été créé en France.

Nombre de participants

Entre trois et dix. Pour des
grands groupes, faire plusieurs
tables, de préférence dans des
locaux séparés.

Durée de l’activité

Deux heures environ. Une heure
pour la négociation, une heure
pour l’analyse.

Espace requis

Une ou plusieurs salles selon le
nombre de participants.

Objectifs

Réfléchir sur notre rapport à
l’argent, à nos besoins par
rapport à l’argent, apprendre à
les reconnaître et à les exprimer.
De manière plus générale,
réfléchir au statut de l’argent au
sein d’un groupe, des institutions
et de la société. Apprendre à
négocier, analyser les mécanismes
de prise de décision en
groupe.

Déroulement

On se dispose autour d’une table.
Chaque participant dépose cinq
euros devant lui, de préférence
en plusieurs pièces de monnaie.
La consigne est simple : après un
temps déterminé (entre quarante
minutes et une heure), il faut
que chaque participant ait devant
lui une somme inférieure ou
supérieure à cinq euros. Le
temps écoulé, cette somme sera
empochée et les négociations
terminées. On ne pourra plus
revenir sur le résultat des décisions
 : certains auront empoché
plus que cinq euros et d’autres
moins que cinq euros.

Une variante du jeu (qui prend
plus de temps), consiste à
demander au groupe dans un
premier temps de se désigner un
dépositaire à qui les cinq euros
de chacun seront remis. Puis la
règle reste la même : après x
minutes chacun doit avoir devant
soi une somme inférieure ou
supérieure à ses cinq euros de
départ. L’intérêt de cette variante
est d’offrir une possibilité de
réflexion sur les mécanismes de
confiance et de délégation de
pouvoir. De toute façon le
groupe ne peut pas se créer un
projet extérieur auquel serait
dévolu l’argent en tout ou en
partie. L’argent doit être donné
aux personnes présentes, dans le
cadre de leur réalité quotidienne.

Analyse

Après la période de jeu, chacun
ayant empoché la somme qui lui
est revenue, un travail individuel
se fait. On répond personnellement
et par écrit aux questions
suivantes :

  • Ce que chacun a ressenti au cours de l’exercice, ce qui lui a été pénible, ce qui l’a amusé, ce qui a été découvert sur soi.
  • Comment chacun a perçu les attitudes des autres membres du groupe (ils étaient meilleurs en négociation, ils étaient injustes...).
  • Sentiment devant le résultat obtenu : réussite ou échec ?
  • Ce jeu dévoile-t-il quelque chose par rapport à l’ attitude habituelle de chacun dans la vie face à l’argent, face à la défense de ses intérêts ?
  • Réflexion sur le pouvoir dans le groupe et la prise de décision.
  • Du point de vue de la négociation, y a-t-il eu des gagnants et des perdants ?, quelles étaient les diverses stratégies mises en place ?, pourquoi certaines stratégies ont réussi et d’autres ont échoué ?
  • Ce jeu dévoile-t-il quelque chose sur le statut de l’argent dans le groupe, dans les institutions, dans la société ?

Le jeu se termine par un tour de
table où les participants partagent
leurs réflexions.