Jeu des acteurs

Mise en ligne: 5 août 2015

Assumer le point de vue des autres, se décentrer par rapport à son avis initial pour intégrer la vision des autres

Origine

ITECO.

Nombre de participants

Entre sept et vingt-huit.

Durée de l’activité

Deux heures à deux heures et demi environ, selon le nombre de participants (y compris la mise en commun et l’analyse).

Espace requis

Une grande salle.

Objectifs

Ce jeu essaie de faire connaître le point de vue d’un ensemble d’acteurs concernés par une réalité. Il encourage ces acteurs à assumer le point de vue des autres acteurs, à se décentrer donc par rapport à leur avis initial pour intégrer la vision des autres. Il leur permet, de même, de voir refléter l’image que les différents acteurs dégagent aux yeux des autres.

Déroulement

Il y a cinq moments dans le jeu :

1 - Distribution de cartes 2 - Échange 3 - Rédaction de l’argumentaire 4 - Parlement 5 - Mise en commun et analyse

1 - Distribution des cartes (quinze minutes environ)

Une série de cartes sur lesquelles se trouve inscrit le nom d’un acteur est distribuée aux participants. Il faut le même nombre de cartes que de participants. Si le nombre de participants n’est pas multiple du nombre d’acteurs proposés, les participants en surplus reçoivent une carte de l’acteur que l’on rencontre le plus souvent dans la réalité en question. Par exemple, s’il y a vingt-trois participants, on distribue trois cartes de chaque acteur plus deux de représentants d’un groupement de base.

Exemples des acteurs concernés par un programme de coopération au développement dans un pays du Sud :

  • représentant d’un groupement de paysans
  • responsable d’une ONG locale
  • autorité administrative locale
  • autorité administrative nationale
  • coopérant d’une ONG internationale
  • ministre du développement
  • fonctionnaire à la délégation de l’Union européenne.

Exemple des acteurs concernés par l’immigration dans un quartier d’une ville européenne :

  • étranger légalement inscrit sur les registres communaux
  • demandeur d’asile
  • clandestin
  • membre d’une association d’accueil aux immigrés
  • agent de police
  • travailleur au Centre public d’aide sociale
  • échevin des affaires sociales

Chaque participant tire au sort une carte sur laquelle il doit écrire ensuite ce qui constitue à son avis le point de vue et les attentes de l’acteur dont le nom se trouve sur sa carte : quels sont les atouts et les difficultés de cet acteur pour participer au programme de coopération, dans le premier exemple, pour s’intégrer à la vie du quartier, dans le second.

2 - Echange (trente à quarante- cinq minutes environ)
Une fois écrit ce court texte sur l’envers de la carte reçue, les acteurs circulent dans toute la salle et au gré des rencontres ils essaient d’échanger leurs cartes. Ils peuvent échanger leurs cartes autant de fois qu’ils veulent mais ils doivent sortir de ce marché avec une autre carte que celle qu’ils ont reçue au début. Toutefois, ils ne peuvent pas imposer la leur si l’autre ne veut pas échanger. Ils doivent essayer de convaincre l’autre d’accepter leur

3 - Rédaction de l’argumentaire (vingt minutes environ)
Une fois le temps d’échange écoulé, les participants se regroupent en fonction de la carte retenue (tous ceux qui ont la carte demandeur d’asile, par exemple), et rédigent un argumentaire qui reprend les principaux arguments entendus et imaginés par ce groupe d’acteurs. Le groupe doit, pour ce faire, désigner un rapporteur.

4 - Parlement (trente minutes environ)
Finalement, les participants reviennent dans l’espace commun, qui adopte cette fois la forme d’une agora. Les argumentaires concernant tous les acteurs sont, dans un premier temps, présentés par les rapporteurs les uns après les autres, ensuite analysés et discutés.

5 - Mise en commun et analyse (trente minutes environ)
L’activité se prolonge par une réflexion sur les différentes phases par lesquelles le jeu est passé. Les participants s’expriment alors sur leurs impressions, sur leur ressenti lors de l’adoption ou du rejet de l’une ou l’autre position, ainsi que leur avis sur ces décisions.
De ce parlement se dégage une polyphonie de voix qui montre la diversité de points de vue des acteurs concernés, ainsi que le jeu des images, valorisations, connaissances et méconnaissances mutuelles. Ces différents points de vue sont appelés à être nuancés, complexifiés et complétés les uns avec les autres.