Je m’inquiète de la façon dont les républicains érodent la démocratie

Mise en ligne: 18 décembre 2019

La société américaine, le changement climatique et éventuellement le changement politique vus depuis une université américaine. Propos de Valerie Trouet recueillis par Joris De Beer

Valerie Trouet, vous êtes originaire de Louvain et vous avez passé la majeure partie de votre carrière aux Etats-Unis après avoir obtenu un diplôme en bio-ingénierie et un doctorat. Vous êtes une climatologue de renommée internationale. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre travail ?

Je suis professeur de dendrochronologie à l’Université de Tuscon, Arizona depuis 2011. Dans ma discipline de recherche, nous essayons d’en savoir plus sur les changements climatiques au moyen de l’analyse des anneaux de croissance des arbres. Le groupe de recherche où je travaille est le plus important au monde dans le domaine de l’analyse des anneaux annuels. C’est un département de 12 professeurs qui se consacre entièrement à ce thème. Je m’occupe principalement de la recherche, mais j’ai aussi une mission d’enseignement. J’essaie aussi de contribuer activement à rapprocher la science du grand public. J’espère ainsi contribuer à la prise de conscience du changement climatique, mais aussi simplement d’enthousiasmer les gens pour un métier de scientifique, qui est mon métier et ma passion. J’ai également écrit récemment un livre pour le grand public intitulé « Ce que les arbres nous disent ».



Que faites-vous actuellement ?



Il y a quelques années, nous avons lancé un projet visant à reconstruire les changements dans le courant-jet sur la base d’une analyse des anneaux de croissance des arbres. Le courant-jet est un vent qui souffle vers l’est à environ 10 km au-dessus de la surface de la terre. En termes simples, le courant-jet se déplace sur la ligne de démarcation entre l’air polaire froid et l’air tropical chaud. La position du courant-jet ainsi que la vitesse des vents ont une influence directe sur le climat et la température et plus la température est élevée, plus la production de bois est dense. En effectuant des mesures de densité, nous pouvons donc aboutir à une estimation raisonnablement fiable de la température moyenne à un certain endroit et dans une certaine période de temps. 

Ce courant-jet commence à montrer un modèle toujours croissant d’ondulation et ralentit également. Et cela entraîne des changements climatiques. Par exemple, il est relativement chaud à un moment donné en Europe centrale et relativement froid dans les Balkans, à la même latitude. Si le courant-jet se déplace d’une position à l’autre, ce schéma peut être inversé. La cause de ce retard et de l’augmentation de la longueur d’onde n’est pas encore tout-à-fait claire. Pour l’instant, nous ne savons pas encore déterminer si l’homme en est le responsable (c’est-à-dire si l’émission de CO2 provenant de l’activité humaine a une influence sur elle), puisque nous n’avons accès aux mesures concernant le courant-jet que depuis 50 à 80 ans dans le passé. Grâce à l’analyse des anneaux, nous pouvons regarder beaucoup plus loin dans le passé et en savoir plus sur la position du courant-jet et sur le climat, jusqu’à la fin de l’ère préindustrielle. Après tout, les arbres vivent des centaines, voire des milliers d’années. 



Vous connaissez le paysage universitaire en Belgique et aux Etats-Unis. Quelles sont les différences les plus importantes dans votre expérience ?

Tout d’abord, en tant que professeure aux Etats-Unis, j’ai plus de temps à consacrer à la recherche que mes collègues belges. Aux États-Unis, il existe deux types d’universités : les grandes universités où l’on peut suivre l’ensemble du cursus jusqu’au master et au doctorat, mais aussi les petites universités où l’on ne peut étudier qu’au niveau bachelor. Si vous travaillez dans une si petite université, vous vous intéressez principalement à l’éducation, alors que dans les grandes universités, comme celle où je travaille, vous avez plus de temps pour la recherche que dans les universités belges. C’est également différent pour les étudiants, en ce sens que les étudiants de première année dans les universités américaines ont une éducation plus large, alors qu’en Belgique, les filières de la première année sont assez spécialisées. Par exemple, pendant un certain temps, j’ai donné le cours "Introduction au changement climatique" à des étudiants de première année dans des matières non scientifiques. D’autre part, nous avons également un système d’enseignement secondaire différent en Belgique et la différence est également liée à cela. C’est aussi différent pour les doctorants. En Belgique, un doctorant est presque exclusivement engagé dans la recherche, tandis qu’aux Etats-Unis, les doctorants doivent suivre de nombreuses autres matières. 

Quelle est, selon vous, la position d’un scientifique aux États-Unis par rapport à celle d’un scientifique en Belgique ? Comment la population perçoit-elle la science ? Quelle est l’interaction avec les médias ? Avec la politique ? Avec le grand public ?

Il y a une nette différence à cet égard. J’ai le sentiment que les universités américaines font des progrès en termes de communication avec les médias, mais aussi, par exemple, en termes d’interaction et de coopération avec les administrations publiques ou le grand public. À l’Université d’Arizona, par exemple, nous avons une équipe des médias qui communique systématiquement les résultats de nos recherches au grand public et aux médias. Nous avons également un rôle actif de conseil auprès de l’administration publique. Nous travaillons en étroite collaboration avec les gestionnaires de l’eau et les gestionnaires des ressources de la région. En ce qui me concerne, le lien avec le monde non académique est, du moins en Arizona, beaucoup plus présent que ce que j’ai vécu en Belgique. La communication fait également partie de notre métier d’universitaire et en général nous ne considérons pas seulement les résultats purement scientifiques, mais aussi les initiatives dans le domaine de la communication avec le grand public et de l’outreach ou du lien avec le monde non-académique. Et c’est une bonne chose. Nous, chercheurs, devons sortir de notre tour d’ivoire pour contribuer à la sensibilisation du grand public, mais aussi pour prendre activement part au débat social. C’est bien sûr très actuel et important dans le cadre du thème changement climatique, mais cela s’applique en fait à tous les domaines de recherche.

Entre-temps, Trump est président depuis trois ans. Quels sont pour vous les changements les plus importants qui ont eu lieu sous Trump en général et dans votre propre domaine de recherche ?

Je ne pense pas que Trump soit un président approprié pour les États-Unis, mais je vois cela comme un signe sur le mur qu’une telle personne peut être élue. Ce qui m’inquiète le plus, c’est la façon dont les républicains érodent davantage la démocratie. Par exemple, la séparation entre le pouvoir judiciaire et l’exécutif n’est plus du tout garantie. En fait, il avait déjà commencé par bloquer l’élection d’un nouveau juge à la Cour suprême au cours de la dernière année du mandat d’Obama (par le président républicain du Sénat). En conséquence, Trump a été en mesure de codécider de la nomination d’un nouveau juge de la Cour suprême, quelqu’un de son propre camp —Bratt Cavanaugh—, depuis qu’il est au pouvoir. Aussi, quand on voit ce qui s’en vient maintenant (l’enquête sur la Russie, tout le dossier de destitution), souvent soutenu par des témoignages de personnes de grande réputation et en même temps le fait que les républicains ne font que balayer tout cela sous le tapis est tout à fait scandaleux. Dans quelle mesure n’est-ce pas là l’annonce de la fin de la démocratie ? Je trouve également tout à fait inacceptable le manque de clarté concernant la déclaration d’impôt de Trump.

En ce qui concerne Trump et le changement climatique, bien sûr, les Etats-Unis, ont quitté sous son initiative l’accord sur le climat, mais cela ne reflète pas nécessairement ce qui se passe dans la population. Si vous regardez les sondages, vous pouvez voir que 60% de la population américaine est préoccupée par le changement climatique. D’autre part, le changement climatique a toujours été un sujet polarisé et l’est devenu depuis Al Gore et ses conférences sur le climat. Comme ce dernier était un candidat à la présidentielle pour les démocrates avec le changement climatique comme cheval de bataille et que la plupart des républicains sont entièrement anti-Al Gore, ils sont automatiquement contre tout ce qu’il défend. C’est donc une forme de polarisation basée sur les personnalités. Et les gens choisissent généralement sur la base des personnes et moins sur des thèmes de fond. Mais ce qui est nouveau sous Trump, c’est que de plus en plus de gens commencent à remettre en question ou à banaliser le consensus scientifique sur les causes du changement climatique. Et c’est quelque chose qui, je pense, se passe aussi en Belgique ces dernières années, que cela vienne ou non des États-Unis. Il y a Jan Jambon, par exemple, qui a dit ouvertement qu’en ce qui concerne le changement climatique, toutes les opinions sur la question devraient être dans les médias, ce qui remet implicitement en question le consensus scientifique sur les causes du changement climatique. Et cela, bien sûr, a un impact énorme sur la perception du thème par le grand public. Car, soyons clairs, c’est terrible ce que Trump fait pour le climat, mais ce que la Belgique fait (ou pas) en termes de climat n’est certainement pas mieux. Trump a peut-être annoncé avec un grand sens du drame qu’il se retirerait de l’Accord de Paris. D’autre part, l’Accord de Paris est un accord volontaire dans lequel le pays lui-même peut plus ou moins remplir ses engagements. La motivation de la décision de Trump de se retirer de l’accord sur le climat est plus liée au profilage politique envers ses partisans : il avait promis de se retirer de l’accord, il se retire de l’accord ! Il peut également s’agir d’une réaction à la planification de l’accord lui-même, en ce sens que le processus de mise en œuvre de l’accord sur le climat est délibérément planifié quelques jours avant les élections présidentielles américaines (l’accord sur le climat est entré en vigueur le 4 novembre 2016 et Trump a été élu le 8 novembre). La Belgique, quant à elle, a pris un certain nombre d’engagements concrets dans le cadre de l’accord sur le climat en 2015, dont presque rien n’a été réalisé par la suite. Pour être honnête, je ne sais pas si c’est beaucoup mieux.

Quelles sont les chances d’une réélection de Trump ? Et comment jugez-vous le processus de destitution ?

Il y a eu des élections locales récemment et elles n’ont pas été positives pour les républicains. Les démocrates ont gagné dans un certain nombre de bastions républicains traditionnels. D’autre part, nous ne devons pas oublier qu’il y a de très fortes indications que les élections précédentes ont été manipulées. Quelles garanties avons-nous que les prochaines élections seront équitables ? Je n’ai aucune confiance en cela. Et puis il y a le système pervers du financement des partis et le rôle imprévisible des médias (manipulés ou non). Nous devons attendre et voir. En ce qui concerne la destitution, je pense qu’elle passera par la Chambre des représentants, mais pour le moment, il ne semble pas que les républicains, qui contrôlent le Sénat, vont voter la destitution, donc je ne m’attends pas à ce que Trump soit finalement destitué.

J’ai lu quelque part dans une interview que vous parliez de votre position en tant que femme migrante aux Etats-Unis. Comment se passe le travail aux États-Unis pour quelqu’un de votre profil ? Et la Belgique ?

Le migrant est, bien sûr, très relatif. Je suis blanche, européenne, instruite, je n’ai jamais connu la pauvreté et je viens d’une famille très instruite qui m’a donné toutes les opportunités. Je suis très consciente de certains privilèges par rapport à d’autres profils de migrants. D’autre part, il est vrai que je ne me sens pas tout-à-fait à l’aise en tant qu’étrangère et en tant que femme pour faire des déclarations sur des sujets qui dépassent mon domaine d’expertise, comme la politique américaine ou Trump ou même la politique du changement climatique en général. Sur les médias sociaux, par exemple, certains hommes se jouent très fort des femmes. En tant que femme, vous recevez rapidement des commentaires sur votre apparence ou êtes traitée de manière désobligeante ou infantilisante. À mon avis, la situation n’est pas différente aux États-Unis qu’en Belgique. En ce qui concerne les femmes dans les sciences, je pense que les États-Unis sont mieux lotis que la Belgique ou l’Europe en général. Il suffit de regarder les statistiques. Dans notre département, il y a trois femmes sur 12 universitaires et nous pensons que ce n’est pas suffisant. Mais allez jeter un coup d’œil aux statistiques en sciences exactes d’une université belge... Il faut chercher loin pour trouver un département avec 25% de femmes professionnelles. En termes de diversité aussi, je vois beaucoup plus d’initiatives dans le monde académique aux Etats-Unis qu’en Belgique. Entre-temps, il y a un certain nombre d’universitaires issus de l’immigration aux États-Unis, non seulement de nouveaux expatriés, mais aussi des personnes qui ont grandi aux États-Unis. Combien d’universitaires issus de l’immigration avons-nous actuellement en Belgique ? Malheureusement peu. Au cours des conversations que j’ai eues en Belgique, j’ai parfois l’impression qu’il y a plus de résistance ici à la diversification du personnel académique, alors qu’aux Etats-Unis, je le perçois davantage comme un fait accepté et comme une priorité pour l’avenir. Il arrive aussi, par exemple, que pour devenir professionnel dans une université flamande, il faut parler la langue, ce qui constitue bien sûr un obstacle pour certains scientifiques.

En Europe, ces dernières années, la migration est devenue une question très sensible et polarisante. Quelle est la perception du migrant en Amérique ? En quoi est-ce différent de ce que nous voyons ici ?

L’origine des migrants est bien sûr totalement différente. La plupart des migrants aux États-Unis viennent du Mexique ou d’Amérique centrale. Par exemple, la polarisation qui existe en Europe autour de la religion est quelque chose qui existe peu aux États-Unis. De plus, en Europe, il y a le système de sécurité sociale et le fait que les migrants ont toutes sortes de droits qui sont totalement absents aux États-Unis. Lorsque vous arrivez aux États-Unis en tant que migrant, vous n’avez droit à rien, ce qui en soi n’est pas si différent de l’Américain moyen sans emploi. L’argument selon lequel les migrants coûtent de l’argent à la sécurité sociale ou à l’État est donc moins valable. D’autre part, la migration est également un sujet très polarisé aux Etats-Unis.

Retour au changement climatique et à la sensibilisation à l’environnement. En Belgique et en Europe, l’année écoulée a été riche en événements en termes d’activisme climatique. Pensez aux marches climatiques, menées par Greta Thunberg et Anuna De Wever.... Qu’en est-il aux Etats-Unis ?

On voit des initiatives similaires. Non seulement les marches climatiques mais aussi les personnes qui prennent elles-mêmes des initiatives à petite échelle ou qui veulent vivre leur vie d’une manière écologiquement responsable. Les marchés et les magasins biologiques ne font plus non plus exception à la règle. A Tuscon, par exemple, vous pouvez voir beaucoup de gens dans la rue avec une bouteille de boisson ou un thermos à café. Les bouteilles en plastique ne sont plus la norme. Et c’est plus qu’en Belgique. D’autre part, il reste encore beaucoup de travail à faire en termes de sensibilisation à l’environnement et au changement climatique. Il y a encore beaucoup de gens qui ne sont pas du tout impliqués dans cette histoire, souvent parce qu’il y a d’autres problèmes plus aigus et plus importants, de nature socio-économique, par exemple, qui exigent toute l’attention et le temps. Ici aussi, vous pouvez voir que c’est principalement un groupe privilégié de personnes qui sont étroitement impliquées dans cette question. De plus, la voiture est toujours la reine aux Etats-Unis. Hormis un certain nombre de grandes villes et de politiques métropolitaines (New York, Philadelphie, Washington, Boston, par exemple), il n’existe pas vraiment de culture des transports publics aux États-Unis. A Los Angeles, par exemple, il n’y a presque pas de transports en commun. Il y a aussi beaucoup plus de vols. L’Américain est toujours l’un des plus grands pollueurs en termes d’émissions de CO2 par habitant, donc il reste encore beaucoup de travail à faire.

Et enfin de retour à votre livre « Ce que les arbres nous disent ». De quoi s’agit-il exactement et quand est-ce qu’il sort ?

Le livre traite de l’histoire du climat, déterminée par l’analyse des anneaux annuels de croissance, entre autres, de l’histoire de l’homme et de la façon dont les deux sont liés. Un tel livre n’existait pas encore. Nous parlions déjà du grand besoin de communication entre les sciences et le grand public. L’analyse des anneaux de croissance des arbres s’y prête très bien, parce que presque tout le monde a déjà entendu parler du sujet. C’est donc une approche enrichissante et un lien avec les sciences. C’est aussi l’intention de transmettre ma passion pour la science au grand public. J’adore être une scientifique. N’est-il pas fascinant de pouvoir reconstituer la position du courant-jet jusqu’à des centaines d’années dans le passé sur la base de l’épaisseur du bois ? J’essaie de transmettre cette passion dans mon livre, en montrant que la science ne doit pas nécessairement être ennuyeuse ou difficile. J’espère que mon livre rapprochera les sciences du grand public et encouragera davantage de jeunes à choisir les sciences.

« Ce que les arbres nous disent », sera publié en avril en anglais aux Etats-Unis et en mai en néerlandais en Belgique. Pour l’instant, il n’y a pas de version française prévue, mais qui sait, il y en a peut-être une !